Le Corbusier à l’UNESCO

.
.

Entrez la légende de l'image

La chapelle Notre-Dame du Haut fait partie d’un réseau de 17 sites, les « Sites Le Corbusier », choisis parmi les plus importants construits par l’architecte. Leur inscription sur la liste du Patrimoine mondial a été proposée au titre de « contribution exceptionnelle au mouvement Moderne ».

L’architecture de Le Corbusier, au même titre que celles des frères Perret ou du Bauhaus, dont la valeur est déjà reconnue par l’UNESCO, a influencé toute l’architecture et l’urbanisme de la seconde moitié du XXe siècle. La liste du Patrimoine mondial compte encore peu d’édifices de cette époque et la contribution de l’architecte le plus fameux du XXe siècle se révélerait décisive pour combler cette lacune.

Une première liste a été renvoyée en 2009 pour être complétée. Une nouvelle fois recalée en 2011, elle a intégré les constructions indiennes de Le Corbusier à Chandigarh, contribution majeure de la fin de sa vie à l’architecture officielle. La liste des 17 sites du réseau Le Corbusier sont d’excellents exemples de la réflexion globale et profonde que Le Corbusier a entreprise pour repenser l’habitat et les établissements culturels, politiques ou religieux indispensables à son épanouissement. On y trouve des unités d’habitation (comme la Cité radieuse de Marseille), des villas, un musée, une maison de la culture ou encore la célèbre chapelle Notre-Dame du Haut. Ces bâtiments tout de béton armé font la part belle à la lumière, à la modularité des espaces, ainsi qu’à une vision poétique de l’architecture, pour laquelle la « promenade architecturale » est centrale. Contesté voire oublié à la fin du XXe siècle, Le Corbusier émerge à nouveau comme figure majeure de l’architecture du monde moderne. Distinguer son œuvre à l’UNESCO est un moyen d’attirer l’opinion internationale sur la nécessité de protéger, restaurer et étudier son œuvre.

Les Sites Le Corbusier dans le monde

Liste des 17 sites inscrits sur la liste du Patrimoine mondial de l'Humanité par l’UNESCO depuis le dimanche 17 juillet 2016. Les dates font référence à la fin du chantier.

Allemagne
- Cité de la Weissenhof-Siedlung (Stuttgart), 1927
Argentine
- Maison du docteur Curutchet (La Plata), 1953
Belgique
- Maison Guiette (Anvers), 1926
France
- Villa La roche-Jeanneret (Paris), 1923
- Cité Frugès (Pessac, Gironde), 1924
- Villa Savoye (Poissy, Yvelines), 1931
- Immeuble de la Porte Molitor (Boulogne-Billancourt, Hauts-de-Seine), 1931
- Usine Duval (Saint-Dié, Vosges), 1946
- Cabanon (Roquebrune-Cap-Martin, Alpes-Martimes), 1951
- Unité d’Habitation, dite Cité Radieuse (Marseille, Bouches-du-Rhône), 1953
- Chapelle Notre-Dame du Haut (Ronchamp, Haute-Saône), 1955
- Couvent de la Tourette (Éveux, Rhône), 1959
- Maison de la Culture (Firminy, Loire), 1965
Inde
- Bâtiments du Capitole (Chandigarh), 1952-1965
Japon
- Musée d’art occidental (Tokyo), 1954
Suisse
- Villa Le Lac (Corseaux), 1923
- Immeuble Clarté (Genève), 1930

8 biens inscrits au Patrimoine mondial de l'UNESCO en Bourgogne-Franche-Comté

Avec la région Occitanie, la Bourgogne-Franche-Comté est la région qui compte le plus de biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Carte des sites inscrits au Patrimoine mondial en Bourgogne-Franche-Comté

Les 8 biens (9 sites) de Bourgogne-Franche-Comté inscrits au Patrimoine mondial témoignent d’une grande diversité culturelle régionale, tant au niveau des périodes historiques que des types d’architecture. On parle ici de paysages remarquables, de sites archéologiques et de constructions architecturales de tous types (industriel, religieux, militaire).

Téléchargez la carte

Basilique et colline de Vézelay

Entrez la légende de l'image

La basilique et la colline de Vézelay figurent parmi les premiers biens français inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en 1979, puis à nouveau en 1998 au titre des Chemins de Saint Jacques de Compostelle.

Plus d'infos : Office de tourisme de Vézelay

La citadelle et l'ensemble des fortifications Vauban de Besançon

Entrez la légende de l'image

Haut lieu touristique et culturel, la Citadelle abrite trois musées labellisés « Musées de France ». Le Musée comtois, le Musée de la Résistance et de la Déportation et, inattendu en ce lieu hors du commun, le Muséum d’histoire naturelle avec ses espaces animaliers illustrant la biodiversité comme nulle part ailleurs.

Une multitude d’activités et événements sont par ailleurs proposés tout au long de l’année faisant de la Citadelle de Besançon le 1er site touristique et culturel du Centre Est de la France.

Besançon et sa Citadelle transporteront les visiteurs dans le temps entre histoire passionnante, richesse des musées et beauté au fil des saisons…

La Citadelle de Besançon

Abbaye cistercienne de Fontenay

Entrez la légende de l'image

Située au nord de la Bourgogne, l’Abbaye de Fontenay a été fondée en 1118 par Saint Bernard de Clairvaux, un des plus grands saints français, et est la plus ancienne abbaye cistercienne conservée au monde.

Classée monument historique français dès 1862, elle a été inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco en 1981. Elle a été l’un des premiers monuments français à figurer sur cette liste, qui a ainsi distingué la valeur exceptionnelle, tant de l’ensemble abbatial de Fontenay que de son environnement naturel.

Abbaye de Fontenay

Saline royale d’Arc-et-Senans

Entrez la légende de l'image

Ancienne manufacture de sel du XVIIIe siècle, inscrite sur la Liste du patrimoine mondial par l’UNESCO, la Saline royale est le chef-d’œuvre de Claude Nicolas Ledoux et constitue un témoignage rare dans l’histoire de l’architecture industrielle.

En décembre 1982, la Saline royale d’Arc-et-Senans est inscrite sur la Liste du patrimoine mondial par l’UNESCO : c’est le 12e site français et le 150e site au monde à être ainsi distingué. Mais il s’agit du premier site d’origine industrielle au monde à bénéficier de cette reconnaissance.

Saline royale d'Arc-et-Senans

Grande saline de Salins-les-Bains

Entrez la légende de l'image

Depuis le VIIIe siècle, Salins-les-Bains a su tirer profit d’un don de la nature exceptionnel : le sel. C’est grâce au captage de l’eau salée et à son évaporation que la ville a acquis sa prospérité.

Les comtes de Bourgogne, les rois de France et les compagnies, qui se sont succédés, ont assuré le développement et la modernisation d’une industrie qui a perduré jusqu’en 1962.

Le 27 juin 2009, elle a été inscrite sur la liste du Patrimoine mondial de l'Humanité par l’UNESCO, en extension de la saline royale d’Arc-et-Senans, inscrite en 1982.

La Grande saline

Eglise de la Charité sur Loire & Eglise St-Jacques-le-Majeur à Asquins

Entrez la légende de l'image

En 1998, l’église Notre Dame est inscrite sur la liste du Patrimoine Mondial par l’UNESCO en tant qu’étape majeure sur les chemins de Saint Jacques de Compostelle en France. La tradition veut que les pèlerins aient pris l’habitude de profiter de «la charité des bons pères», donnant ainsi son nom à la cité.

Membre du réseau européen des Centres Culturels de Rencontre, La Charité sur Loire associe à un site remarquable, le prieuré, une thématique forte, le mot et la création, avec une programmation culturelle de qualité.

Office de tourisme La Charité-sur-Loire

Les Climats du vignoble Bourgogne

Entrez la légende de l'image

Les Climats du vignoble de Bourgogne sont inscrits sur la Liste du patrimoine mondial depuis 2015, en tant que paysage culturel, c’est-à-dire comme « œuvres conjuguées de l'homme et de la nature, qui expriment une longue et intime relation des peuples avec leur environnement ».

Le terme « Climat » ne doit pas tromper. En Bourgogne, il ne désigne pas la météo mais se réfère au terroir viticole. Ici, un Climat désigne une parcelle de vigne précisément délimitée et dénommée, qui produit un vin au goût unique, qui porte son nom. Montrachet, Romanée Conti, Chambertin, Les Cailles, Les Amoureuses, Clos des Mouches… on compte plus de 1200 Climats sur l’ensemble du site inscrit, entre Dijon et les Maranges, au sud de Beaune.

Les Climats du vignoble de Bourgogne représentent le modèle de viticulture de terroir dans le monde entier. Cette connaissance des terroirs et des savoir-faire viticoles, les vignerons et les propriétaires de vignes les ont acquis au fil des siècles et ce, dès le haut Moyen-Age.

Les climats de Bourgogne

Sites palafittiques de Chalain et Clairvaux

Entrez la légende de l'image

Depuis le 27 juin 2011, les sites lacustres de Chalain et Clairvaux sont inscrits au Patrimoine mondial de l’UNESCO avec 109 autres sites répartis dans 6 pays d’Europe.

Cette exposition originale, accessible à tous publics, vous fera découvrir la vie quotidienne des agriculteurs du Néolithique. Ils vivaient au bord des lacs jurassiens il y a 6 000 ans. Le milieu humide des bords de lacs a permis la conservation exceptionnelle de vestiges organiques (tissus, bois, ossements, graines, outils en bois et en os). Vous pourrez également découvrir la reconstitution d’une maison et apprendre les gestes de la vie quotidienne.

Sites lacustres de Clairvaux et Chalain