Découvrir la colline

LA COLLINE EN UN COUP D’ŒIL

Surplombant la ville de Ronchamp (Haute-Saône - Bourgogne-Franche-Comté) la Colline Notre-Dame du Haut est un haut lieu d’architecture moderne et un lieu de pèlerinage marial multiséculaire. Trois architectes ont œuvré au sommet de cette Colline : Le Corbusier, Jean Prouvé puis Renzo Piano.

LE CORBUSIER

La Chaux-de-Fonds (Suisse), 1887
Roquebrune-Cap-Martin (06), 1965

Architecte, peintre, sculpteur, poète, designer, Le Corbusier de son vrai nom Charles-Édouard Jeanneret-Gris apparaît dès les années 1920 comme le penseur de la modernité et comme un artiste complet.

Grand théoricien, Le Corbusier apparaît comme une personnalité phare du mouvement moderne. Il en donne une définition visuelle à travers les « cinq points d’architecture », théorisant l’utilisation du plan et de la façade libre, du principe des pilotis, de la fenêtre bandeau et du toit terrasse. Il plaide pour la rationalisation de la construction et l’utilisation massive des matériaux nouveaux, en particulier du béton dont il aime la pureté et le rendu. On parle d’ailleurs de « brutalisme » pour désigner cette esthétique du béton brut de décoffrage. L’architecte cherche également à donner la plus grande cohérence à ses œuvres en élaborant le « Modulor », système de proportions universelles fondé sur l’échelle humaine.

TOUT SAVOIR SUR LE CORBUSIER

En savoir +

SES CONSTRUCTIONS SUR LA COLLINE

En 1955, Le Corbusier inaugure ses chefs-d’œuvre : la chapelle Notre-Dame du Haut, deux maisons (l’abri du pèlerin et la maison du chapelain) et une pyramide de la paix, monument commandé par les anciens combattants de Ronchamp, qui souhaitaient commémorer les combats survenus pour la libération du village.

Les quatre réalisations à Ronchamp sont inscrites sur la liste du Patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO avec 16 autres sites de Le Corbusier dans le cadre d’une série « L’œuvre architecturale de Le Corbusier, une contribution exceptionnelle au mouvement moderne ».

DÉCOUVRIR SES BÂTIMENTS DE LA COLLINE

En savoir +

« EN BÂTISSANT CETTE CHAPELLE, J’AI VOULU CRÉER UN LIEU DE SILENCE, DE PRIÈRE, DE PAIX, DE JOIE INTÉRIEURE »

Le Corbusier

la chapelle Notre-Dame du Haut lame sud Le Corbusier Ronchamp
l'abri du pèlerin Le Corbusier Ronchamp
la maison du chapelain entrée soleil Le Corbusier Ronchamp
pyramide de la paix et colombe Le Corbusier Ronchamp

JEAN PROUVÉ

Paris (75), 1901
Nancy (54), 1984

Ayant étudié la ferronnerie d’art, le métal resta toute sa carrière la matière première de sa réflexion. Jean Prouvé est dès les années 1930 un architecte et dessinateur de meubles d’une grande modernité.

Son crédo : créer du mobilier bien dessiné, confortable et fonctionnel, accessible à toutes les bourses. C’est ainsi qu’il réfléchit mûrement à la fabrication en série de ses créations, domaine dans lequel il est reconnu comme un pionnier en France.

A la demande du chapelain l’abbé Bolle-redat, Jean Prouvé réalise en 1975,  le campanile (portique à trois cloches), l’une des rares œuvres religieuses de cet architecte et designer. 

TOUT SAVOIR SUR JEAN PROUVE

En savoir +

SA CONSTRUCTION SUR LA COLLINE

Le Corbusier, artiste moderne, ne souhaitait pas de musique traditionnelle dans sa chapelle, mais de la musique électronique – l’installation prévue n’a jamais été réalisée. Il n’a donc pas voulu réemployer les deux cloches du XIXe siècle de Notre-Dame du Haut, qui ont été remisées.

Ainsi Le chapelain René Bolle- Reddat commande dans les années 1970 la réalisation d’un campanile – un clocher séparé de l’église – à l’architecte et designer Jean Prouvé, afin de pouvoir appeler les fidèles à la messe.

Le campanile est inauguré en 1975, pour les 20 ans de la chapelle.

La structure, très simple, se compose de quatre piliers en acier supportant les trois cloches. 

Les deux cloches du XIXe siècle sont suspendues à droite. La petite dernière, baptisée Charlotte-Amélie-Yvonne- Marie en mémoire de la mère et de la femme de Le Corbusier, est fondue à Annecy en 1975. Des dessins de Le Corbusier l’ornent : la main ouverte et la croix dessinée pour Ronchamp en sont les éléments principaux.

DÉCOUVRIR LE CAMPANILE

En savoir +

« A CÔTÉ DE L’ŒUVRE DE CORBU, IL NE FAUT PAS FAIRE DE BÊTISES, PAS DÉTONNER »

Jean Prouvé

RENZO PIANO

Gênes (Italie), 1937

Perpétuant la tradition humaniste chère à Le Corbusier, Renzo Piano s’est quant à lui engagé dans la construction de structures culturelles. Il se distingue par la réalisation de nombreux musées (Centre Pompidou à Paris avec Richard Rogers (1977), Centre culturel Tjibaou à Nouméa (1998)), où la légèreté de la construction et des matériaux constitue toujours sa réflexion fondamentale.

Il recherche la lumière naturelle et la finesse des structures, favorisant l’adéquation de l’homme avec son environnement.

Conçues dans l’optique d’une architecture durable, ses œuvres respectent et répondent au milieu dans lequel elles sont insérées, utilisant au mieux les avantages et les contraintes du terrain.

Personnalité modeste et d’un abord facile, son sens du détail confère à ses réalisations une perfection irréprochable. À la différence de Le Corbusier, il emploie surtout l’acier et le verre comme matériaux, mais sait s’adapter au lieu et à la commande – comme à Ronchamp où tout est élevé en béton.

TOUT SAVOIR SUR RENZO PIANO

En savoir +

SES CONSTRUCTIONS SUR LA COLLINE

Au début des années 2000, après le décès du chapelain Bolle-Reddat, l’AONDH (Association Œuvre Notre- Dame du Haut, association propriétaire) souhaite assurer une présence spirituelle sur la colline : l’idée est d’installer une communauté permanente au pied de la chapelle, qui accueille les fidèles, les pèlerins et les visiteurs.

Une nouvelle entrée, la porterie, assurera le passage du monde profane à l’espace du sanctuaire.

Dès 2005, les Clarisses de Besançon acceptent de déménager et, consulté en 2006, Renzo Piano accepte le projet et s’engage rapidement dans la conception du monastère Sainte-Claire et de la nouvelle porterie.

DÉCOUVRIR SES BÂTIMENTS SUR LA COLLINE

En savoir +

« UN CHANTIER : BEAUCOUP DE TRAVAIL, DE PASSION, DE FOI ET D’ESPOIR »

Renzo Piano

Découvrez les œuvres de la Colline de Notre Dame du Haut

Cliquez sur les zones pour en savoir plus

PYRAMIDE DE LA PAIX CHAPELLE NOTRE-DAME DU HAUT PORTERIE DE NOTRE-DAME DU HAUT ORATOIRE DU MONASTÈRE SAINTE-CLAIRE ABRI DU PELERIN MAISON DU CHAPELAIN CAMPANILE MONASTERE SAINTE-CLAIRE Vue Michel Corajoud Porterie Vue Sud Vue Michel Corajoud Monastère Vue Nord Vue Est

PYRAMIDE DE LA PAIX

Elle est commandée par les anciens combattants de Ronchamp qui souhaitent rendre hommage à leurs frères d’armes morts sur la colline en 1944. Les pierres de l’ancienne chapelle ont servi à sa construction. Cette pyramide, rappel de l’architecture antique, sert aussi de tribune d’où les fidèles suivent la messe de pèlerinage. Symbole de Paix, la colombe qui surmonte le petit pilier d’acier est dessinée par André Maisonnier, assistant de Le Corbusier et chargé des travaux de la chapelle.

CHAPELLE NOTRE-DAME DU HAUT

La chapelle Notre-Dame du Haut, détruite lors des bombardements de 1944, reconstruite par Le Corbusier et inaugurée en 1955. Joyau de l’architecture moderne, cette chapelle réinvente l’espace sacré, abandonnant l’organisation en croix, et dans laquelle la lumière joue un grand rôle symbolique.

PORTERIE DE NOTRE-DAME DU HAUT

La Porterie est le pavillon d’accueil des visiteurs du site de la colline Notre-Dame du Haut. Véritable lieu polyvalent, le bâtiment est une véritable sas avant l’entrée sur le site. Il propose une zone de billetterie-boutique mais également une zone de détente et d’activités culturelles (expositions, conférences, ateliers).

ORATOIRE DU MONASTÈRE SAINTE-CLAIRE

L’oratoire est la chapelle où les sœurs se réunissent quotidiennement pour la prière. Comme à Notre-Dame du Haut, une voûte qui paraît flotter monte en direction du chœur pour y rencontrer la lumière zénithale.

ABRI DU PELERIN

L’abri du pèlerin est destiné au logement des ouvriers bâtisseurs de la chapelle. Il contient deux grands dortoirs, un refectoir et une cuisine. Après l’inauguration de la chapelle, les pèlerins ou les groupes pouvaient y gîter quelques jours.

MAISON DU CHAPELAIN

Cette maison a été initialement construite pour le gardien du site, qui n’y a jamais vécue. Elle tient son nom du chapelain – le prêtre attaché à la chapelle – qui y loge.

CAMPANILE

Le Corbusier ne souhaitait pas de cloches pour la chapelle, mais avait imaginé un système électroacoustique qui n’a jamais vu le jour. En 1975, après la mort de Le Corbusier, Jean Prouvé réalise un portique en acier supportant trois cloches.

MONASTERE SAINTE-CLAIRE

Le monastère Sainte-Claire est tapi à flanc de colline, invisible depuis Notre-dame du Haut. Il s’étend sur deux niveaux : en bas les chambres, et en haut les lieux de vie communautaire (accueil bibliothèque, ateliers, cuisine, oratoire). Les grandes baies vitrées relient les sœurs à la nature et au monde extérieur. Le béton armé est le matériau obligé pour soutenir le poids de la terre, mais aussi pour répondre à l’œuvre de Le Corbusier.

Vue Michel Corajoud Porterie

En 2008-2011, l’atelier de Michel Corajoud travaille à Ronchamp. Associé au studio de Renzo Piano, il conçoit le remodelage paysager des espaces de la colline et la végétalisation des bâtiments. Ici une vue de la végétalisation du toit et abords de la Porterie de Notre-Dame du Haut.

Vue Sud

Lors de sa première visite sur la colline, Le Corbusier a été frappé par la vue des quatre horizons, qui ont été une forte source d’inspiration. Au sud, nous percevons les premiers sommets jurassiens.

Vue Michel Corajoud Monastère

En 2008-2011, l’atelier de Michel Corajoud travaille à Ronchamp. Associé au studio de Renzo Piano, il conçoit le remodelage paysager des espaces de la colline et la végétalisation des bâtiments. Ici une vue de la végétalisation du toit et abords du Monastère Sainte Claire.

Vue Nord

Lors de sa première visite sur la colline, Le Corbusier a été frappé par la vue des quatre horizons, qui ont été une forte source d’inspiration. Ainsi, la façade Nord offre une vue sur les Vosges.

Vue Est

Lors de sa première visite sur la colline, Le Corbusier a été frappé par la vue des quatre horizons, qui ont été une forte source d’inspiration. Ainsi, la façade Est offre une vue sur la trouée de Belfort.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Après plus de 6 mois de fermeture en raison de la crise sanitaire de la COVID-19, la Colline Notre-Dame du Haut vous accueillera dès le mercredi 19 mai 2021.

Quel plaisir de vous retrouver !
Aller au contenu principal