les maisons de Le Corbusier

Table des matières

L'ABRI DU PÈLERIN

UNE MAISON POUR LES OUVRIERS

L’abri du pèlerin est la première construction de Le Corbusier sur le site. Cette longue maison est constituée de deux dortoirs, d’un réfectoire, d’une cuisine et d’un petit logement pour le père aubergiste. Le béton armé brut de décoffrage est animé de couleurs par Le Corbusier. Les toits végétalisés sont d’origine. En isolant le béton des intempéries, ils permettent sa bonne conservation. 

PUIS UN ABRI POUR LES PÈLERINS

L’abri est conçu pour les ouvriers qui ont construit la chapelle. Il a servi ensuite pour les pèlerins affluant à Notre-Dame du Haut. En attente d’être restauré, l’abri du pèlerin n’est plus visitable aujourd’hui. Pour le gardien du site, Le Corbusier construit une autre petite maison, finalement habitée depuis par le chapelain, le prêtre attaché à la chapelle. 

Une petite cave complète l’ensemble, prévue pour distribuer des boissons fraîches lors des pèlerinages. 

DES MACHINES A HABITER

Digne fils d’une époque possédée par le machinisme, Le Corbusier concevait ses maisons comme des « machines à habiter ».

Cette expression peut paraître réductrice, mais elle est l’expression de la démarche de l’architecte qui retourne aux fondamentaux.

Le Corbusier voit dans la machine l’image d’un organisme, d’un corps aux membres logiquement organisés, chacun dépositaire d’une fonction propre. Pour lui, la maison (ou n’importe quel bâtiment) ne peut être conçue autrement : l’ensemble des pièces, des portes et des couloirs doit former un tout cohérent enfermé dans une enveloppe (les façades) semblable à un épiderme. Le tout est destiné à assurer la plus grande logique aux activités des habitants, sans que rien ne les contraigne. Sobriété et fonctionnalité sont de mise pour faire naître le confort et l’harmonie.

L’expression inventée par Le Corbusier est donc destinée avant tout à frapper les esprits et à inviter à la réflexion. La « machine à habiter » nous demande en premier lieu : « c’est quoi, une maison ? ».

Il ne faut donc pas avoir honte d’habiter dans une machine. Pour Le Corbusier, le Parthénon d’Athènes n’est-il pas une « machine à émouvoir » ? La maison, temple de la famille, est un lieu de poésie et d’épanouissement – et ce dernier ne peut être atteint dans un organisme mal composé et mal construit !ré

LA MAISON DU CHAPELAIN

UNE MAISON DE GARDIEN

Afin de dégager les abords de sa chapelle, Le Corbusier envisage dès 1952 de faire démolir les vieilles bâtisses qui encombraient la colline. En compensation, il érige l’année suivante deux maisons en contrebas de la chapelle. La première, l’abri du pèlerin, pouvait héberger un aubergiste ainsi qu’une vingtaine de pèlerins. L’autre, plus petite, était destinée à la famille de M. Chippaux, le sacristain et gardien de la colline.

Avant de remplir ces fonctions, elles servent tout d’abord de logement temporaire pour les ouvriers du chantier de construction de la chapelle, qui débute en 1953. Mais, boudée par les Chippaux qui répugnaient à abandonner leur maison (située à l’emplacement de l’actuel campanile de Jean Prouvé), la plus petite des deux constructions reste ensuite inhabitée jusqu’en 1955. C’est alors l’abbé Bolle-Reddat, premier chapelain de la chapelle fraîchement inaugurée, qui décide d’y élire domicile.

Depuis, les chapelains successifs y sont logés.

UNE MACHINE A HABITER

Pour la forme de celle-ci, Le Corbusier s’inspire d’un de ses précédents projets, encore jamais réalisé : celui des maisons murondins.

Imaginées pendant la Débâcle de 1940, ces maisons très simples et peu coûteuses en matériaux devaient résoudre la pénurie de logements et abriter rapidement les victimes des bombardements.

L’architecte envisage d’abord de réaliser les deux édifices en bois et pisé (terre compressée dans des coffrages) avant de se résoudre à employer du béton armé, plus résistant aux intempéries.

La maison du chapelain est un parfait exemple de la maison moderne selon Le Corbusier. Orientée plein est et percée de larges baies dans les murs et dans le toit, elle est continuellement baignée d’une chaude lumière. Le vide sanitaire sur lequel elle repose offre une meilleure isolation et rappelle les pilotis préconisés par l’architecte dans ses 5 points d’une architecture moderne (1927).

Un toit végétal couronne l’édifice, l’isole et le camoufle. Ainsi, vue depuis la chapelle, la maison du chapelain s’efface et se fond dans les paysages de la colline. A l’intérieur, les couleurs vives qui habillent les murs répondent au béton brut habillé de quelques pierres de l’ancienne chapelle, pour créer une atmosphère chaleureuse et accueillante.

L’armoire cloison qui sépare la cuisine de la pièce de vie constitue sans doute l’élément le plus remarquable du mobilier.

Tout à fait caractéristique du design des années 50, elle évoque les réalisations de Charlotte Perriand ou Jean Prouvé.

LES AUTRES ŒUVRES DE LA COLLINE

LES ŒUVRES DE LE CORBUSIER

L’ŒUVRE DE JEAN PROUVÉ

L’ŒUVRE DE MICHEL CORAJOUD

Inscrivez-vous à notre newsletter

Aller au contenu principal