La vie religieuse de la colline

LE CHAPELAIN ET L'ANIMATION PASTORALE

Toute chapelle a son chapelain. Ce terme désigne tout simplement le prêtre désigné par l’autorité ecclésiastique pour exercer son ministère dans la chapelle.

Jusqu’en 1958, cette fonction était dévolue à un prêtre de la paroisse de Ronchamp. Puis, le Père Bolle-Reddat a rempli ce ministère jusqu’en l’an 2000. Après lui se sont succédés divers prêtres ou religieux, notamment le Père Louis Mauvais, le frère Patrice Kervyn, franciscain, puis le Père Frédéric Dumas.

Une feuille de route commune leur est attribuée avec les éléments suivants :
– assurer le culte de l’eucharistie dans la chapelle, de Pâques à la Toussaint,
– animer les grandes fêtes mariales, et les pèlerinages annuels du 15 août et du 8 septembre, ainsi que la messe de minuit de Noël.
– participer au développement de l’esprit de la prière dans la chapelle.
– être à la disposition des différents acteurs présents sur le sanctuaire Notre-Dame du Haut.

– participer à l’accueil des visiteurs et surtout des pèlerins, proposant des visites spirituelles de la chapelle.
– être un lieu d’écoute confidentiel et donner le sacrement de la réconcilitation.

En tout cela, le chapelain s’associe à une équipe de laïcs appelée «Commission Pastorale» avec laquelle il définit les tâches à faire, il prépare les liturgies, il assure le bon fonctionnement cultuel de la chapelle.

Mais au-delà de ces fonctions, le chapelain a un rôle de veilleur. Au sein des différentes équipes, il ne cesse de rappeler la finalité religieuse catholique de ce lieu, sanctuaire dédié à la Vierge Marie, pour lequel Mr Le Corbusier a réalisé cet édifice, comme un lieu de silence, de paix intérieure et de joie.

Avec le monastère et au sein de l’Association AONDH, il veille, avec le recteur dont il dépend, à ce que soit développée l’animation spirituelle du sanctuaire, par des propositions adéquates.

LES PELERINAGES MARIAUX

Aucun vestige archéologique et aucun document écrit ne documente sur l’histoire de la colline de Bourlémont avant le milieu du Moyen Âge. Qu’y avait-il à l’origine ?

Les historiens du xixe siècle se sont plu à imaginer un temple romain coiffant le sommet de la colline, même si rien n’est moins sûr.

En 595, Colomban, saint évangélisateur venu d’Irlande, s’installe à Luxeuil, non loin de Ronchamp. Peut-être cet abbé ou un de ses disciples a-t-il fondé Notre-Dame du Haut.

En 1092, un document juridique signale pour la première fois une église consacrée à la Vierge Marie sur la colline.
Il s’agit de l’église paroissiale de Ronchamp et des villages alentour.

La vie paroissiale se déroule ici jusqu’en 1743, date de la fondation de Notre-Dame du Bas, en plein centre du bourg. Il est possible que Notre-Dame du Haut ait été placée au sommet de la colline pour des raisons purement symboliques : lieu le plus sacré de la communauté, l’église est placée au plus haut, entre Ciel et terre.

Le pèlerinage du 8 septembre (Nativité de la Vierge) est attesté dès le xve siècle. Un peu plus tard, en 1500, un habitant de La Côte rapporte qu’il a été libéré de prison par l’intercession de Notre-Dame du Haut, qu’on appelle alors Notre-Dame de toute délivrance.

Depuis, la Vierge de Ronchamp est secourable à tous.

Un autre pèlerinage s’affirme au xixe siècle, celui du 15 août (Assomption de la Vierge).

Ces deux fêtes forment encore aujourd’hui le cœur de l’activité religieuse du site.

LES SŒURS CLARISSES DU MONASTÈRE SAINTE-CLAIRE

Les Clarisses appartiennent à un ordre contemplatif fondé par sainte Claire d’Assise en 1212. Leurs monastères s’implantent généralement en ville ou à proximité.

En tant que disciples de saint François, elles mènent une vie frugale, faite de prière, de travail et d’accueil qui les rend disponibles à l’écoute de l’autre. Leur mode de vie est en harmonie avec la colline.

Elles imprègnent quotidiennement la chapelle de leur prière et offrent un accueil spirituel aux pèlerins et à tous ceux qui souhaitent trouver un espace de ressourcement.

L'ACCUEIL SPIRITUEL AU MONASTÈRE

« Enraciné dans la terre pour recevoir la lumière d’en haut » (Renzo Piano), le monastère où les sœurs sont présentes en permanence est ouvert à toute personne désireuse de faire un bout de chemin intérieur, de se confier à la prière de la communauté, de trouver une écoute, un accompagnement spirituel.

Un séjour individuel ou en petit groupe (11 personnes maximum) donne à nos hôtes d’expérimenter le silence, de goûter à l’esprit du lieu, de contempler la nature, de se recueillir à l’oratoire ou à la chapelle Notre-Dame du Haut, de participer à la prière communautaire, de vivre une solitude bienfaisante pour se ressourcer, choisir sa vie.

Les temps forts liturgiques tels que l’avent et Noël, le carême, la semaine sainte et Pâques, le temps pascal, ou diverses fêtes mariales sont des moments propices pour un temps de retraite et de prière plus intense.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Conformément aux annonces gouvernementales du lundi 12 juillet, l’accès à la Colline Notre-Dame du Haut à Ronchamp est soumis à la présentation d’un Pass sanitaire, selon les conditions suivantes :

Du 21 juillet au 30 août 2021 : pour les adultes, à partir de 18 ans
À partir du 31 août 2021 : pour les adultes et les enfants, à partir de 11 ans

In accordance with the measures announced by the French government on Juli 12th, the access to the site is subject to the presentation of a health pass :

From July 21st to August 30th 2021: for adults (over 18 years)
From August 31st 2021: for adults and children (aged 11 years or over
Aller au contenu principal