JEAN PROUVÉ

PARIS (75), 1901
NANCY (54), 1984

Prouvé est né à Paris, dans une famille d’artistes. Ayant étudié la ferronnerie d’art, le métal resta toute sa carrière la matière première de sa réflexion.

Comme Le Corbusier, Jean Prouvé est dès les années 1930 un architecte et dessinateur de meubles d’une grande modernité. Son crédo : créer du mobilier bien dessiné, confortable et fonctionnel, accessible à toutes les bourses.

C’est ainsi qu’il réfléchit mûrement à la fabrication en série de ses créations, domaine dans lequel il est reconnu comme un pionnier en France. 

Consulté comme expert sur de nombreux chantiers après-guerre, il participe à la conception de bâtiments tels que le Palais omnisports de Bercy (1983) et la Tour Nobel (1966), à Paris.

Il travaille aussi longtemps avec Le Corbusier, par exemple à la Cité Radieuse, pour laquelle il dessine une partie des meubles.

Président du jury en charge de nommer un architecte pour la construction du centre Georges Pompidou à Paris, il contribue à faire élire le projet de Renzo Piano et de Richard Rogers.

En 1981, Jean Prouvé reçoit le prix Erasme récompensant toute personne ayant contribué au développement de la culture européenne. 

 » TOUT CE QUE J’AI FAIT A TOUJOURS DECOULE D’UNE PENSEE QUI ETAIT INSTANTANEMENT CONSTRUCTIVE. JE N’AI JAMAIS EU UNE VISION OU UNE FORME A L’ESPRIT, JE N’AI JAMAIS DESTINE DE FORMES. J’AI FAIT DES CONSTRUCTIONS QUI AVAIENT UNE FORME »

JEAN PROUVE

LES ŒUVRES MAJEURES DE JEAN PROUVÉ

PAVILLONS DÉMONTABLES, 1947

MAISON DE TYPE COQUE, 1950-52

MAISON DE LA FAMILLE PROUVÉ , NANCY, FRANCE, 1953-54

PAVILLON DU CENTENAIRE DE L'ALUMINIUM, PARIS, 1954

MAISON DES JOURS MEILLEURS, POUR L’ABBÉ PIERRE, 1956

LA MAISON DES JOURS MEILLEURS,

CONSTRUCTION PILOTE, 1956

La construction en métal, le souci de l’écologie, les congés payés… à bien des égards, Jean Prouvé était en avance sur tout le monde.

Architecture, ingénierie, mobilier, il s’intéresse à tout et surtout par l’acier.

Il veut notamment construire des maisons standardisées à moindre coût et pour le plus grand nombre.

La Maison des Jours meilleurs, réalisée pour l’abbé Pierre en 1956 en est un exemple.

Les chambre et le séjour s’organisent autour d’un bloc central (le « monobloc ») qui comprend la cuisine, les salles d’eau, le chauffage et la ventilation.

Cette maison très ingénieuse se montait en seulement 7 heures.

Nomades et éphémères, les maisons de Jean Prouvé ne devaient pas déranger leur environnement et pouvaient disparaître sans laisser de trace.

JEAN PROUVÉ DESIGNER

RÉALISATION DE MOBILIER

Dès sa jeunesse, Jean Prouvé tourne son activité vers le métal.

Il réalise notamment des grilles et des ferronneries pour des banques et divers bâtiments nancéiens avant de recevoir en 1926 et 1928 des commandes de Robert Mallet-Stevens qui vont le faire connaître plus largement.


Si Jean Prouvé est très connu pour ses structures métalliques architecturales, il ne l’est pas moins pour son mobilier.

Rejetant l’esthétique ornementale héritée du XIXe siècle, il affirme qu’un meuble est beau lorsqu’il exhibe sa structure, les forces et les contraintes auxquels il est soumis et auxquels il répond.

En cela, il conçoit l’ensemble de son activité de « constructeur » (comme l’appelait Le Corbusier) comme un continuum, qui ne sépare pas la construction monumentale du mobilier.

À ce titre, Jean Prouvé réfutait l’appellation de « designer ».

La chaise standard (1934) est l’exemple le plus célèbre et le plus frappant de sa pratique du meuble : ses pieds arrière en tôle pliée sont renforcés car c’est là que pèse le poids du corps.

Soucieux de travailler pour tout le monde, il dessine du mobilier pour les enfants, les étudiants (cité universitaire d’Antony), la famille, etc.

Il dessine aussi avec Charlotte Perriand, de qui il est proche et intime, des meubles domestiques révolutionnaires.

Les meubles passe-plats de la cuisine vont devenir des classiques.


Il est l’auteur de grands standards actuels du design. Les activités de son entreprise de Maxéville ayant cessé dès 1953, c’est Vitra (CH) qui a l’exclusivité actuelle pour la production de son mobilier.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Aller au contenu principal